La Liberté

Un journal de propagande

Publié le 11.12.2020

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

En ouvrant ma boîte aux lettres, j’ai été surpris de recevoir un journal sur le projet de fusion du Grand Fribourg. En lisant l’éditorial de M. Daniel Blanc, j’ai été scandalisé par ses propos. Prétendre que, pour Matran, 20% d’augmentation de l’impôt communal (de 60 centimes aujourd’hui à 73 après la fusion selon les estimations du comité de pilotage) ne représente que 380 francs par an, soit deux cafés par semaine, me paraît largement sous-évalué.

En outre, ce journal de propagande a été payé avec l’argent public, ce qui est digne d’un Etat totalitaire. S’il offrait un débat entre les deux camps avec une présentable de leurs arguments, il n’y aurait rien à dire. Ce n’est pas le cas. Peut-on dès lors avoir la même somme d’argent, c’est-à-dire des dizaines de milliers de francs, pour relayer également des avis défavorables à cette fusion? Comment se fait-il que le Conseil d’Etat et les communes n’aient pas mis des garde-fous pour éviter cette campagne unilatérale?

Enfin, dans un paquebot comme le Grand Fribourg, les services et les décisions de proximité n’existeront plus pour Matran et Avry. Toutes les décisions viendront d’un centre qui n’aura que faire du bien-être des anciennes petites communes.

Vouloir y installer des «maisons de quartier», n’est-ce pas la preuve qu’on cherche à les réduire au rang de simples quartiers? En l’état, c’est donc non à la fusion.

Samuel Egli,

Matran

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Les crèches clandestines inquiètent à Fribourg

    Des accueils illégaux gardant jusqu'à plus de 25 enfants ont été découverts dans le canton de Fribourg. La situation inquiète les élus et les associations...
  • pictogramme abonné La Liberté Le défi et le désir

    Poésie » L’Iranienne Forough Farrokhâd exprime avec singularité et simplicité les espoirs et désespoirs d’une jeune femme qui s’émancipe par l’écriture. Les...
  • pictogramme abonné La Liberté Un amoureux du bois au perchoir

    Mario Parpan, théologien et charpentier, est le premier citoyen de la capitale. Rencontre au chantier
  • pictogramme abonné La Liberté Une touche de douceur

    Nathalie Wyss est libraire et autrice de livres pour enfants. Dans ses albums, elle trouve les mots pour aborder des sujets graves avec légèreté
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00