La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Deuxième acte: Quentin Dupieux en mode goguenard

Une ouverture du Festival de Cannes en forme de vaste blague, heureusement sauvée par ses acteurs Vincent Lindon, Raphaël Quenard, Louis Garrel et Léa Seydoux.

Raphaël Quenard (à g.) face à Vincent Lindon: une rencontre pleine de promesses. © Agora Films
Raphaël Quenard (à g.) face à Vincent Lindon: une rencontre pleine de promesses. © Agora Films

Etienne Rey

Publié le 14.05.2024

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Alors que son avant-dernier long-métrage Yannick vient tout juste de quitter les salles et que sa dernière fantaisie Daaaaaalí! est encore à l’affiche, le très prolifique Quentin Dupieux est de retour au pays de l’absurde avec ce Deuxième acte. Et il ne revient pas par la petite porte puisque sa dernière œuvre a été présentée mardi soir en ouverture du Festival de Cannes. Plutôt surprenant pour un artiste touche-à-tout qui avait débuté dans la musique électro minimaliste (Mr. Oizo) pour finir par se tourner vers le cinéma, dans sa veine la plus barrée et expérimentale…

Entre un Nonfilm qui prenait plaisir à ne raconter strictement rien, Rubber et son pneu tueur, Wrong Cops et ses flics aussi improbables que l’existence du film lui-même, le cinéaste a malgré tout réussi, au fil d’une filmographie de plus en plus cohérente, à creuser son sillon et tacher de sa patte bien particulière le petit monde de la comédie française.

Le film paraît un peu redondant dans la filmograph

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11