La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Le septième art, tout un poème

Pour sa deuxième édition, le Printemps de la poésie lève le nez de ses bouquins et interroge le cinéma

Dans The Tree of Life (2011), Terrence Malick déploie une narration déconcertante dont l’esthétique confine au poème. © DR
Dans The Tree of Life (2011), Terrence Malick déploie une narration déconcertante dont l’esthétique confine au poème. © DR

Thierry Raboud

Publié le 15.03.2017

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Débat »   Les réalisateurs seraient-ils des poètes qui s’ignorent? On se pose la question en découvrant la belle affiche du Printemps de la poésie, ce festival déployé un peu partout en Suisse romande depuis lundi et jusqu’au 25 mars. Car entre ces dizaines d’événements consacrés aux belles-lettres se cachent quelques soirées dédiées au cinéma. Des projections prolongées de tables rondes, dont les intervenants suggéreront quelques connivences entre ces pratiques artistiques qui, toutes deux, placent l’image au cœur de leur langage.

Evidemment, la fascination des poètes pour le cinéma n’est pas neuve. Elle remonte aux années 1920, tandis que la génération de Cendrars, Apollinaire ou Max Jacob s’émerveille de ces toiles en mouvement. Et la réciproque est aussi vraie, le cinéma n’ayant jamais cessé de s’intéresser aux hommes de plume – ainsi du récent Paterson de Jim Jarmusch, à qui sera consacrée une soirée vendredi au CityClub de Pully.

Quête inlassable

Mais la question po

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00