La Liberté

Carnets débordés

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Carnets débordés
Carnets débordés
Partager cet article sur:
04.09.2021

Pierrine Poget » Déjà dans Fondations, recueil lauréat du Prix Ramuz de poésie en 2016, l’écriture faisait rempart à l’inéluctable effacement. Ici aussi, c’est pour tenter de sauvegarder l’expérience d’un ailleurs, d’en prolonger l’acuité inquiète que Pierrine Poget a rempli ses carnets: de quelques semaines égyptiennes elle a tiré une série de proses pulsatiles où se lit la vulnérabilité d’une femme dérivant dans l’«immense improvisation» du Caire. Labyrinthe borgésien dont les décors mouvants égarent les sens, et dont les boyaux grouillent d’invitations à boire le thé, obligeances où de secrètes roublardises semblent toujours se parer d’affabilité.

A ces éclats de souvenir la Genevoise tisse des fragments ultérieurs, gloses qui interrogent le kaléidoscope d’images cairotes, leur insondable mystère, leurs terreurs et leurs épiphanies. Le carnet de bord alors déborde, se transforme par l’entrelacs des temporalités en petite philosophie portative, en ode aux persistances poét

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00