La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Traduire la colère

Encore brûlant, le manifeste féministe publié en 1958 par Iris von Roten va ressurgir en français sous la plume de Camille Logoz

Iris von Roten (1917-1990), pionnière du féminisme en Suisse, face à sa traductrice Camille Logoz (née en 1993). De l’une à l’autre, et d’une langue à l’autre, c’est un flambeau qui se transmet. © Keystone-Alain Wicht
Iris von Roten (1917-1990), pionnière du féminisme en Suisse, face à sa traductrice Camille Logoz (née en 1993). De l’une à l’autre, et d’une langue à l’autre, c’est un flambeau qui se transmet. © Keystone-Alain Wicht

Thierry Raboud

Publié le 26.02.2021

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Partager cet article sur:

Egalité » «Je n’ai pas cherché à cacher ma colère.» Alors elle a pris la plume comme une arme, puis engagé le combat pour dénoncer le patriarcat, la tyrannie du fourneau, les inégalités politiques et professionnelles, avant de célébrer l’amour libre, le congé-maternité, le droit des femmes à vivre leur vie. Scandale! Nous sommes en 1958. Iris von Roten avait le courage de ses convictions, personne n’était prêt à l’entendre.

Entre l’essai, la logorrhée et le pamphlet, son texte est écrit comme l’on crie – 564 pages de petits caractères et de grandes revendications. Des pages sinueuses, acérées, parfois violentes, souvent frontales. Aussi lucides qu’extraordinairement radicales pour l’époque: six mois avant une première votation sur le droit de v

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11