La Liberté

Tsvétaïéva, l’amour, la mort

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Vénus Khoury-Ghata, Marina Tsvétaïéva, mourir à Elabouga, Ed. Mercure de France, 196 pp.
Vénus Khoury-Ghata, Marina Tsvétaïéva, mourir à Elabouga, Ed. Mercure de France, 196 pp.
Partager cet article sur:
23.02.2019

Vénus Khoury-Ghata » Terrible scène initiale que celle de Marina Tsvétaïéva, mourir à Elabouga: celle d’une poétesse russe qui, poussée à bout par un temps qui n’est pas le sien, choisit de s’en aller. «Ton pied repousse la chaise sous tes pieds, tu es à la merci de la corde», écrit Vénus Khoury-Ghata, l’écrivaine d’aujourd’hui. La mort en une phrase… Une biographie qui éclaire crûment la vie de Tsvétaïéva, femme passionnée, provocatrice, pleine d’un vide qu’elle désespère de combler. Avec ses enfants comme avec les hommes, c’est compliqué: Vénus Khoury-Ghata met en avant ses préférences pour certains de ses enfants. Mauvaise mère? L’auteure ne juge pas, elle montre, froidement.

Paris, Prague ou Berlin sont les sta

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00