La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Critique: Voyage dans les temps anciens de la musique perse

Dans le cadre du Festival international de musiques sacrées de Fribourg, l’ensemble féminin Golshan, venu d’Iran, a donné vie à une tradition musicale d’une grande richesse expressive.

Le FIMS accueillait vendredi le târ de Bahareh Fayazi, la chanteuse Asareh Shekarchi, le kamânche de Negar Kharkan et le tombak de Nazanin Pedarsani. © Julien Chavaillaz
Le FIMS accueillait vendredi le târ de Bahareh Fayazi, la chanteuse Asareh Shekarchi, le kamânche de Negar Kharkan et le tombak de Nazanin Pedarsani. © Julien Chavaillaz

Daniel Fattore

Publié le 07.07.2024

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Elles sont venues de loin, les quatre musiciennes iraniennes de l’ensemble Golshan, pour donner un concert dans le cadre du Festival international de musiques sacrées. Et réciproquement, c’est à un voyage musical vers l’Orient, aux sonorités rares et raffinées, qu’elles ont convié le public venu remplir presque entièrement l’église du Collège Saint-Michel de Fribourg vendredi en fin d’après-midi.

Structuré avec un bel équilibre entre musique vocale et instrumentale, le programme est consacré au style dans lequel s’est spécialisé l’ensemble Golshan: les compositions de l’ère historique dite «Khadjar», du nom de la dynastie qui a régné sur la Perse de 1794 à 1925, écrites dans les modes traditionnels d’«Isfahân» et d’«Abu-Ata». L’auditeur est invité à écouter des pièces d’inspiration savante ou populaire, interprétées par quatre musiciennes soucieuses de transmettre un art acquis dès l’enfance, par le concert certes, mais aussi par l’enseignement aux femmes d’Iran.

Envoûta

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11