La Liberté

Le droit international bafoué

Philippe Vorlet, Fribourg

Publié le 17.05.2024

Temps de lecture estimé : 1 minute

Le peuple autochtone palestinien n’a rien demandé. Descendants des Philistins, les Palestiniens vivent sur leur terre ancestrale depuis plus de deux mille ans. Ils ne sont pas responsables de l’antisémitisme en Europe au XIXe et au XXe siècle et n’ont pas participé à la Shoah. Spoliés de leur territoire et emmurés, ils en paient aujourd’hui le prix. Désormais, deux solutions s’offrent à eux: l’exil ou la mort sous les bombes.

Les événements du 7 octobre 2023, aussi dramatiques soient-ils, ont révélé au monde entier l’ampleur du problème qui perdure depuis plus de septante-cinq ans. En effet, aucune résolution de l’ONU depuis 1948 au sujet de la Palestine n’a été respectée jusqu’à maintenant. Le droit international est bafoué tous les jours. Qu’attendent les Etats-Unis, l’Angleterre et la France, jadis favorables à une solution à deux Etats, pour déployer une force d’interposition afin de permettre les conditions de la reprise d’un dialogue, voire la convocation d’une conférence régionale pour la paix?

Les Etats-Unis ont commencé à réagir en suspendant une livraison de bombes à l’un des belligérants. La Suisse a repris son aide à destination des réfugiés de Gaza à hauteur de 10 millions. Toutefois, si la population palestinienne était libre, cette aide ne serait pas nécessaire! Je fais confiance à la jeunesse, celle des étudiants qui manifestent pacifiquement dans les universités européennes et américaines, pour faire en sorte que les droits des Palestiniens soient enfin reconnus.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11