La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Métaux précieux: Une certification de pacotille pour de l’or utilisé dans la joaillerie suisse

Trois entreprises helvétiques sont suspectées de s’être approvisionnées en or auprès d’une mine péruvienne à la sécurité défaillante, site pourtant certifié et présenté comme modèle au sujet des droits humains.

En mai dernier, 27 mineurs ont perdu la vie lors d’un grave accident dans une mine d’or au sud du Pérou. © Keystone
En mai dernier, 27 mineurs ont perdu la vie lors d’un grave accident dans une mine d’or au sud du Pérou. © Keystone

Maude Bonvin

Publié le 29.01.2024

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Une galerie en feu et ce sont 27 travailleurs qui perdent la vie. En mai dernier, la tragédie avait ému le monde entier. Le théâtre du drame: la mine péruvienne tristement appelée La Esperanza. Situé à 2000 mètres d’altitude au sud du pays, le site d’extraction d’or est pourtant sous la protection de la Swiss Better Gold Initiative (SBGI). Cet anglicisme nous ramène à la Suisse puisqu’il s’agit d’un partenariat public-privé entre le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) et la branche aurifère helvétique pour améliorer les conditions sociales et environnementales des mineurs. La contribution de la Confédération à ce programme s’élève à 6 millions de francs et celle du secteur privé à 11,2 millions. La Esperanza, dont la concession appartient à l’entreprise péruvienne Yanaquihua S.A.C. (MYSAC), est l’un des 30 fournisseurs d’or soutenus par cette initiative.

Selon le rapport de l’autorité minière compétente, l’accident aurait pu être évité moyennant davantage de mesures de sécu

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11