La Liberté

«L’objectif 2050 est possible»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le Prix Nobel d’économie 2001, l’Américain Joseph Stiglitz estime que le potentiel de la «transition verte» s’imposera et convaincra les Etats et l’économie privée. © Cedric Zellweger/Uni de Zurich
Le Prix Nobel d’économie 2001, l’Américain Joseph Stiglitz estime que le potentiel de la «transition verte» s’imposera et convaincra les Etats et l’économie privée. © Cedric Zellweger/Uni de Zurich
Partager cet article sur:
17.01.2020

S’il dresse un constat implacable de certaines responsabilités étatiques et privées, le Prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz se dit optimiste sur les chances de la transition énergétique

Ariane Gigon, Zurich

Climat » «Les signes encourageants sont nombreux, même si ce n’est pas encore à une échelle suffisamment grande»: le Prix Nobel d’économie 2001, l’Américain Joseph Stiglitz (76 ans) estime que le potentiel de la «transition verte» s’imposera et convaincra les Etats et l’économie privée à s’y engager. Un gros point noir toutefois, et pas des moindres: les Etats-Unis, son pays. Rencontre à Zurich, dans le cadre de l’inauguration d’un nouveau Centre de compétences pour la finance durable.

Vous soutenez aux Etats-Unis 21 jeunes plaignants attaquant le gouvernement Trump pour son inaction face au changement climatique. Pourquoi cet engagement?

Joseph Stiglitz: L’équité intergénérationnelle est en jeu. Le gouvernement a essayé d’invalider la plainte,

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00