La Liberté

J’ai testé pour vous: «Ce fut une course très rude autant physiquement que mentalement»

Guillaume Roubaty en pleine course. © Alphaphoto
Guillaume Roubaty en pleine course. © Alphaphoto

Clem Chuat

Publié le 01.04.2024

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Un marathon, c’est un peu plus de 42 kilomètres, mais c’est surtout des mois d’entraînements, dont Guillaume Roubaty, 24 ans, témoigne.

«Je fais de la course à pied depuis que j’ai quinze ans et j’ai toujours eu dans un coin de ma tête l’envie de relever ce grand défi qu’est le marathon. En 2022, j’ai pris ma décision. Mon objectif: le marathon de Lausanne en octobre 2023. Je me suis préparé un plan d’entraînement: durant les premiers mois, j’ai augmenté le nombre de kilomètres parcourus par semaine, et de février à octobre 2023, j’ai fait des entraînements plus spécifiques avec des séries de vitesse et des footings à mon allure estimée de marathon. J’ai choisi de prendre mon temps afin d’éviter les blessures ou le surentraînement.

Afin de mettre toutes les chances de mon côté, j’ai aussi fait des étirements et du renforcement musculaire, j’ai fait attention à mon alimentation et à mes heures de sommeil; ça a été un véritable rythme de vie pendant un an. Il a bien pu se coordonner avec le rythme universitaire qui laisse une certaine liberté dans l’organisation des journées, mais j’ai tout de même dû réduire le temps que je prenais pour d’autres loisirs.

Le jour de la course, je ressentais beaucoup d’appréhension et d’excitation: je n’avais jamais été aussi préparé pour une compétition et je n’avais surtout jamais fait une compétition aussi longue et éprouvante. Ce fut une course très rude autant physiquement que mentalement, mais je suis arrivé au bout, malgré une certaine déception de ne pas avoir fait le temps que je souhaitais, la faute à des crampes arrivées sur le parcours. Avec le recul, j’ai compris que les imprévus faisaient partie de ce genre d’épreuves; j’ai cherché à comprendre la source de mes crampes afin de pouvoir les traiter. Aujourd’hui, je me sens fier de moi et je compte revenir sur la distance marathon, un jour ou l’autre.»

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11