La Liberté

Le cinéma en commun

Un collectif fribourgeois, porté sur l’expérimentation, crée des films indépendants

Florian Crausaz (deuxième depuis la gauche) et Chloé Hetzel (troisième depuis la gauche) ont trouvé au sein du collectif Abordage un lieu pour exprimer leur créativité. © Adrien Perritaz
Florian Crausaz (deuxième depuis la gauche) et Chloé Hetzel (troisième depuis la gauche) ont trouvé au sein du collectif Abordage un lieu pour exprimer leur créativité. © Adrien Perritaz

Sheena Blezinger

Publié le 04.01.2021

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Ecrans » Enfant, Chloé Hetzel rêvait d’aller sur un lieu de tournage et, dès 15 ans, elle faisait jouer sa famille dans des petits films. Désormais âgée de 26 ans et diplômée de la Sydney Film School, elle gagne sa vie en tant que cheffe opératrice et réalisatrice auprès de La Télé Vaud-Fribourg. «Mon métier consiste à m’occuper de tout ce qui va constituer l’image à l’écran: le choix de la caméra, le cadrage, le story-board, la lumière, l’ambiance», explique Chloé.

Cependant, elle a besoin de plus: «A la télévision, tout va très vite. On est assez libre sur la forme mais pas tellement sur le contenu.» Son besoin de laisser s’épanouir sa créativité la pousse en 2018 à créer, en collaboration avec le jeune réalisateur Benoît Dietrich, le collectif cinématographique Abordage qui réunit une dizaine de membres fribourgeois issus des métiers du cinéma: cadreur, compositeur, ingénieur son, monteur.

«Le but de ce collectif est de mettre en commun les compétences, les idées, les contacts, le matériel et la motivation, énumère Chloé. Car un film ne peut pas se faire seul.» C’est avec cette équipe, complétée par plusieurs bénévoles, qu’elle tourne, en 2018, son premier court-métrage en Suisse: La légende du lac, qui se déroule en Gruyère. «Ce projet a cristallisé la motivation du groupe et a montré concrètement ce que représentait cette idée de collectif cinématographique», se remémore-t-elle.

Depuis, le collectif a produit une douzaine de films dont deux sont en postproduction et un en cours d’écriture. Le collectif n’a pas de direction créatrice établie. Chacun mène les projets qu’il souhaite et cela donne des résultats toujours très différents. Le prochain défi de Chloé est l’écriture puis la réalisation de son premier long-métrage de fiction.

Solutions musicales

Egalement membre du collectif, Florian Crausaz, 28 ans, se penche sur la partie sonore des métrages: il est musicien, compositeur et prof de piano. Appelé par Chloé, il intègre Abordage dès sa création. Après s’être formé à la Haute Ecole de musique de Berne puis celle de Lucerne, il décide d’explorer l’univers de la musique de film. Il apprend à travailler en collaboration avec des réalisateurs au sein du collectif. Il aime discuter de leurs idées, de leurs attentes et leur faire part de ses propositions: «Les contraintes qu’ils m’imposent m’amènent à chercher des solutions que je n’aurais jamais imaginées, confie-t-il. Ça me pousse à me dépasser et j’apprends beaucoup de ces expériences.»

Pour Florian, il est important de créer une unité entre la musique et le film. Il veut que la musique qu’il compose accompagne et décrive les images: «En tant que mélodie déclinée tout au long de l’histoire sous différentes variations, le thème est très important dans un film; ça donne l’impression d’une continuité. C’est la mélodie que l’on va retenir en sortant de la salle.»

www.collectif-abordage.ch

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11