La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

«C’est difficile, humainement»

Renvoyée de Suisse à 68 ans, la Belge Marylène Verlaine doit quitter ses enfants et petits-enfants

«Je suis sous médication, sans quoi je pleurerais toute la journée», explique la ressortissante belge, qui doit quitter la Suisse après y avoir passé près de douze ans, par périodes. © Charly Rappo
«Je suis sous médication, sans quoi je pleurerais toute la journée», explique la ressortissante belge, qui doit quitter la Suisse après y avoir passé près de douze ans, par périodes. © Charly Rappo

Stéphane Sanchez

Publié le 10.06.2023

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Enney » Marylène Verlaine, 68 ans, présentera aujourd’hui son annonce de sortie du pays à la douane, comme le lui a signifié le Service de la population et des migrants (SPoMi) dans sa décision de renvoi. La ressortissante belge quittera ainsi la Suisse, où elle a vécu durant presque douze ans. Elle laissera derrière elle ses trois grands enfants établis en terres fribourgeoises depuis plus de quinze ans, ainsi que ses huit petits-enfants, qu’elle gardait régulièrement. «Un recours ne servirait à rien: la décision de renvoi est justifiée, c’est la loi. Mais c’est contestable et difficile à supporter, humainement et moralement, pour moi comme pour ma famille. Je suis sous médication, sans quoi je pleurerais toute la journée», confie la retraitée, qui souhaite témoigner, et aussi avertir.

Comment en est-on arrivé là? Marylène Berwart Verlaine et son mari Albert Berwart se sont installés en Suisse en 2005. «Il n’y avait pas de travail en Belgique. J’avais des diplômes qui me pe

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11