La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Un départ pour faire revenir le calme

Publié le 08.01.2020

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Université » La chargée de cours accusée de propos homophobes a renoncé à son enseignement d’un commun accord avec la Faculté de théologie et le rectorat.

On en sait un peu plus sur les circonstances dans lesquelles une chargée de cours de la Faculté de théologie de l’Université de Fribourg a dû renoncer à son enseignement en raison de suspicions de propos «homophobes, bi- et transphobes» (La Liberté d’hier). Selon Marius Widmer, porte-parole de l’Université, la faculté a pris cette décision d’un commun accord avec le rectorat et la principale intéressée, les circonstances ne lui permettant pas de poursuivre son activité dans un climat serein. «Cette affaire a donné lieu à une manifestation devant la porte de la salle de cours. Des propos agressifs ont été tenus sur les réseaux sociaux», rappelle le porte-parole.

Sur le fond, il n’a pas été possible de déterminer si cette docteure en théologie avait effectivement eu un discours homophobe lors d’un cours d’éthique sexue

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11