La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Le militant Gérard Bourgarel laisse en héritage bien plus que Pro Fribourg

Le fondateur de Pro Fribourg s’est éteint mercredi, à l’âge de 81 ans. Cet éternel indigné a ouvert les consciences à l’importance du patrimoine. Entre autres.
Gérard Bourgarel (photographié ici en 2004) a défendu bec et ongles les beautés de la Vieille-Ville de Fribourg. Charly Rappo-A
Gérard Bourgarel (photographié ici en 2004) a défendu bec et ongles les beautés de la Vieille-Ville de Fribourg. Charly Rappo-A

Claude-Alain Gaillet

Publié le 21.09.2012

Temps de lecture estimé : 4 minutes

«Quelle honte!» L’exclamation a jailli des tribunes du Grand Conseil, en juin 2011. Le Parlement fribourgeois venait de rejeter un mandat qui demandait au Conseil d’Etat de reconsidérer l’utilisation des 436000 francs donnés par Jean Tinguely vingt ans plus tôt à l’Etat pour acquérir des œuvres d’artistes contemporains. Ce cri du cœur était poussé par Gérard Bourgarel. Il résume bien la posture d’un homme qui, à 80 ans, gardait intacte une capacité d’indignation qui l’a constitué toute son existence.

Gérard Bourgarel ne tempêtera plus. Le fondateur et l’âme du mouvement Pro Fribourg s’est éteint mercredi, dans le Home de la Providence, à Fribourg. Depuis deux ans, il était atteint dans sa santé. Un état aggravé début novembre 2011 par une chute de quinze mètres depuis son balcon du Stalden surplombant la Sarine. Quatre mois plus tôt, il avait cédé le secrétariat général de Pro Fribourg à des forces plus vives.

 

Au contact de l’abbé Pierre

Singulier parcours que cel

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11