La Liberté

Mémoires d’exilés en péril

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Ernesto Ricou dispose de 30 m2 pour entreposer malles, photos, livres et objets d’art de tous les pays. © Olivier Vogelsang
Ernesto Ricou dispose de 30 m2 pour entreposer malles, photos, livres et objets d’art de tous les pays. © Olivier Vogelsang
Partager cet article sur:
10.07.2020

Prié de quitter ses locaux, le Musée de l’immigration de Lausanne pourrait ne pas s’en relever

Achille Karangwa

Culture » Le Musée de l’immigration de Lausanne va-t-il définitivement fermer ses portes? Fin juin, son conservateur Ernesto Ricou devait vider les locaux de l’avenue de Tivoli à la demande de l’agence immobilière Cogestim SA. A ce jour sans lieu alternatif pour déménager 15 ans de mémoire d’immigrés, l’enseignant à la retraite tentera le 14 juillet d’arracher quelques mois de répit au Tribunal des baux. Sous peine de mettre définitivement la clé sous la porte. Rencontre.

Trente mètres carrés pour documenter le monde. Sur deux étages, c’est l’espace dont dispose Ernesto Ricou, 71 ans, pour entreposer malles, photos, livres et objets d’art de tous les pays. «Nos locaux sont minuscules, mais notre tâche est immense!» nous dit fièrement cet ancien prof d’arts visuels, au verbe passionné. Binational helvético-portugais et descendants de réfugiés huguenots, Ernesto Ricou a dédié sa vie à l’interculturalité: «A mes élèves en classe d’accueil déjà, je leur expliquais que leurs orig

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00