La Liberté

Un nul dans le choc de prestige

Les Espagnols et les Allemands se sont quittés dos à dos (1-1). Succès du Costa Rica

Publié le 28.11.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Coupe du monde » Insubmersible Allemagne. A la dérive après sa défaite contre le Japon (1-2), la «Mannschaft» a redressé la barre avec un match nul (1-1) contre l’Espagne. Elle se retrouve en position favorable.

Ce choc de prestige entre deux récents champions du monde s’est disputé sur un rythme élevé. Les Espagnols ont dominé, mais ils n’ont jamais pu se détacher. Le salut est venu pour l’Allemagne de l’attaquant du Werder Brême Niclas Füllkrug, qui n’a laissé aucune chance au portier espagnol Unaï Simon d’un tir croisé puissant à la 83e pour son premier but en sélection. Cette égalisation n’était pas forcément volée.

Occasion gâchée

Les joueurs de Luis Enrique auraient pu prendre l’avantage dès le début de la rencontre, quand Dani Olmo a obligé le gardien Manuel Neuer à détourner un tir sur sa transversale (7e). La «Roja» a tout de même pris l’avantage à l’heure de jeu lorsque Alvaro Morata a devancé Niklas Süle sur un centre de Jordi Alba. Dans la minute suivante, Asensio gâchait une belle occasion de doubler la mise.

Les Allemands, qui auraient même pu l’emporter dans les dernières minutes, se retrouvent donc dans une position bien plus enviable qu’après leur défaite contre le Japon. Le revers des Nippons contre le Costa Rica plus tôt dans la journée et ce point pris face aux Espagnols relancent leurs actions. Ainsi, jeudi, s’ils prennent la mesure du Costa Rica par deux buts d’écart et que le Japon ne bat pas l’Espagne dans le même temps, les joueurs de Hans-Dieter Flick poseront leurs crampons en huitièmes de finale.

Mauvaise relance

Le Japon a perdu hier le bénéfice de son exploit signé mercredi face à l’Allemagne. La sélection de Hajime Moriyasu s’est inclinée 1-0 contre le Costa Rica au stade Ahmed Bin Ali.

Fessé 7-0 par l’Espagne quatre jours plus tôt, le Costa Rica a forcé la décision à la 81e minute sur sa première – et seule – véritable occasion. Une occasion due à une mauvaise relance japonaise, dont Keysher Fuller a profité en lobant de justesse un Shuichi Gonda trop avancé devant la cage japonaise. ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11