La Liberté

Un week-end parfait, ou presque

Après avoir battu le Canada, l’équipe de Suisse dispose aussi de la France mais perd Tristan Scherwey

Touché au pied, Tristan Scherwey rejoint péniblement le banc. Son tournoi est d’ores et déjà terminé. © Keystone
Touché au pied, Tristan Scherwey rejoint péniblement le banc. Son tournoi est d’ores et déjà terminé. © Keystone
Publié le 23.05.2022

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Partager cet article sur:

Hockey sur glace » Au lendemain de sa victoire 6-3 contre le Canada, la Suisse a remporté une sixième victoire en autant de rencontres au championnat du monde à Helsinki. Les hommes de Patrick Fischer ont battu hier la France 5-2.

Etait-ce pour donner un semblant de suspense que la Suisse a joué à peu près n’importe comment durant le premier tiers et permis aux Français de prendre deux longueurs d’avance? Un 5 contre 3 de 99 secondes galvaudé, une ouverture du score de Texier sur un cadeau de Corvi, un penalty pour les Tricolores alors qu’il y avait déjà 2-0… Les hommes de Patrick Fischer ont aligné les œuvres à mettre en vitrine au musée des horreurs. Mais le sentiment qui se dégageait après ces vingt premières minutes désastreuses, c’était de savoir quand la Suisse allait passer devant. Et à cette question la réponse fut: à la 36e. Meier a tout d’abord servi Hischier pour la réduction du score après seulement 25 secondes de jeu dans la période médiane. Puis c’est Damien Riat, promu ailier du premier bloc, qui a dévié un lancer de Tobias Geisser à la 33e et inscrit son premier but sous le maillot à croix blanche. Et l’éternel Andres Ambühl, en power-play, a permis à sa formation de virer en tête.

Piqûre de rappel

L’équipe de Suisse s’est définitivement mise à l’abri à la 52e sur un tir de Dean Kukan qui a trouvé son chemin jusqu’au filet français. Le Zurichois continue d’impressionner et de se montrer beaucoup plus offensif que ce qu’il a l’habitude de proposer avec Columbus. «En même temps avec Werenski…», avait-il dit en zone mixte après un match quand on lui faisait remarquer qu’il amassait les points et qu’il tenait la deuxième unité de jeu de puissance helvétique. Eh oui, Zach Werenski est bien un super joueur de power-play.

Après leur défaite contre la Suisse, les Canadiens avaient mis en avant le côté bénéfique d’un revers agissant comme une piqûre de rappel dans ce type de tournoi. Les Helvètes n’ont pas perdu, mais les Français leur ont rappelé que la moindre baisse de régime pouvait être fatale. Contre un adversaire assuré de conserver sa place dans l’élite, ce genre de trou d’air peut arriver. Mais pas question de répéter cela jeudi en quarts de finale sous peine de prendre l’avion vendredi déjà pour Zurich.

Qu’on le veuille ou non, la Suisse enchaîne un sixième succès. Il lui reste maintenant une partie demain à 11 h 20 contre l’Allemagne pour s’assurer définitivement la première place du groupe en cas de victoire. Cela permettrait aux joueurs de Fischer de rester à Helsinki et d’affronter le quatrième du groupe B. Un adversaire qui devrait être soit les Etats-Unis, soit la République tchèque.

Seule ombre au tableau d’un week-end parfait, ou presque: la blessure de Tristan Scherwey. Le Fribourgeois s’est tordu le pied près de la bande, hier lors du premier tiers, et a été emmené illico à l’hôpital d’Helsinki. Patrick Fischer a déclaré aux médias après le match que le championnat du monde était terminé pour Scherwey en raison d’une fracture du pied. ATS

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00