La Liberté

Il s’appelait Siffert, Jo Siffert

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le mythe de Jo Siffert a déjà survécu à deux générations et demie. Keystone-archives
Le mythe de Jo Siffert a déjà survécu à deux générations et demie. Keystone-archives
Partager cet article sur:
20.03.2021

Un nouvel ouvrage cultive le mythe du pilote fribourgeois décédé il y aura 50 ans en octobre prochain

Gilles Liard

Automobilisme » Le 24 octobre prochain, il y aura 50 ans que Jo Siffert perdait la vie au volant de sa BMR blanche N°5 sur le circuit de Brands Hatch, au sud-est de Londres, lors d’une course de F1 hors championnat du monde. Au 16e tour, c’est l’impact fatal, dû à une défectuosité mécanique, selon les témoins. Laquelle? Mystère. Prisonnier dans le brasier de l’amas de ferraille retourné et devant l’inanité des secours, l’infortuné Fribourgeois meurt asphyxié. L’autopsie ne révélera qu’une jambe fracturée. Cinq jours plus tard, 50 000 personnes s’agglutinent dans les rues de Fribourg pour voir défiler son cortège funèbre.

Depuis, plus d’une huitantaine de fans se recueillent chaque année, le 24 octobre, à 14 h 18 (heure de l’accident), devant la stèle Jo Siffert

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00