La Liberté

Un coup dur pour l'équipe de «L’Hebdo» et pour le journalisme

23.01.2017

La fin de «L’Hebdo» est «un coup dur» pour toute l'équipe du magazine, mais aussi pour le journalisme et le débat en Suisse romande, a réagi Jacques Pilet. «Un plan crédible» pour le développement du journal avait été élaboré, a relevé lundi le fondateur de la publication.

ATS

«C'est un coup dur» aussi à titre personnel, «c'est tout un moment de ma vie», a commenté Jacques Pilet après l'annonce de la fin du magazine. Il s'est dit «persuadé» que le titre a un avenir en Suisse romande.

Jacques Pilet a rappelé que «L’Hebdo» conservait «un très fort noyau» de 150'000 lecteurs. Un plan avait été concocté pour assurer le développement du journal et l'adapter aux nouvelles évolutions technologiques.

Outre une augmentation des prestations sur internet, les forums, à l'instar de ce qui se fait aujourd'hui avec le Forum des 100, devaient se multiplier et se diversifier. Ce plan soutenu par de nombreux acteurs notamment économiques a longtemps intéressé l'éditeur qui, finalement, l'a abandonné «pour des raisons qui m'échappent», note Jacques Pilet.

L'ancien rédacteur en chef reste convaincu qu'un tel journal, ouvert aux débats, demeure «une nécessité». «Plus que jamais le journalisme qui creuse, s'interroge et ose dire ce qui ne plaît pas» est vital pour «la santé de la Suisse». Beaucoup de Romands attendent cette ouverture et cet engagement, a affirmé Jacques Pilet.

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00