La Liberté

Une association qui pose question

Publié le 06.12.2021

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

L’association Oui à la route Marly-Matran compte dans son comité deux conseillers communaux marlinois, ainsi qu’un conseiller communal du Mouret. Cette présence aux côtés de représentants des milieux économiques soulève un certain nombre de questions: comment les conseillers communaux, qui sont élus dans un exécutif et qui peuvent donc déjà faire entendre leur voix à ce niveau-là, peuvent-ils siéger dans une telle association? Devront-ils se récuser, dans le cadre de leurs fonctions, à chaque fois que la question de Marly-Matran sera traitée?

De plus, en consultant les statuts de l’association, on constate que cette dernière souhaite recevoir des «subventions publiques et privées»… On comprend bien que des entreprises vont soutenir cette association: elles ont en effet un intérêt immédiat à ce que l’Etat dépense de l’argent public pour cette route, afin de faire monter les prix des biens immobiliers qui sont à vendre et à louer à côté du MIC (Marly Innovation Center).

Par contre, on comprend mal pourquoi des subventions publiques devraient être versées à cette association, qui défend avant tout des intérêts privés? Cette association doit être transparente sur ses financements pour savoir qui pousse à la réalisation de cette route. Il ne revient pas à l’Etat de gaspiller des centaines de millions d’argent public pour une route qui augmentera le trafic dans et autour de Marly et menacera la survie de plusieurs exploitations agricoles. Au détriment de l’intérêt public!

Yvan Maillard,

coprés. de l’Association

Non à la route Marly-Matran

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11