La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Faune et flore: Nature réintégrée dans le bâti

L’adage moins mais mieux semble s’appliquer à merveille dans la préservation de la biodiversité, autour de sa maison ou en ville. Les conseils de Pro Natura Fribourg.

Un hôtel à insectes ne suffit pas à lui seul pour préserver la biodiversité. © Alain Wicht-archives
Un hôtel à insectes ne suffit pas à lui seul pour préserver la biodiversité. © Alain Wicht-archives

Claire Pasquier

Publié le 23.05.2024

Temps de lecture estimé : 4 minutes

«Tout ce qui est vert n’est pas forcément utile.» Responsable de l’éducation à l’environnement à Pro Natura Fribourg, Sylvie Rotzetter revient sur quelques fondamentaux en matière de nature en milieu bâti. «Je doute que le gazon des Grand-Places soit riche en biodiversité», rebondit Marc Vonlanthen, président de la section Pro Natura Fribourg. Alors que leur association mène plusieurs combats pour le maintien de la biodiversité, notamment en ville, voici leurs conseils pour transformer son extérieur en paradis pour la faune et la flore.

Faux pas

«Un jardin minéral, avec une bâche plastique sous les pierres, c’est une aberration en termes de nature», pointe Sylvie Rotzetter. Outre les jardins de cailloux, quels faux pas ne pas commettre? «L’utilisation de plantes invasives, notamment les laurelles et arbres à papillon qui vont être interdits à la vente dès le 1er septembre 2024.» Pourquoi donc? «Ces plantes n’apportent rien à la nature.» Eviter toute chimie, pesticides, a

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11