La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Symbole: Quand «Frère loup» était vénéré

Avant d’être craint et détesté, le canidé a été admiré et même vénéré. L’Eglise en a fait un monstre.

Le loup de Gubbio auréolé, par Luc-Olivier Merson (1877). © Palais des Beaux-Arts, Lille/DR
Le loup de Gubbio auréolé, par Luc-Olivier Merson (1877). © Palais des Beaux-Arts, Lille/DR

Pascal Fleury

Publié le 17.05.2024

Temps de lecture estimé : 7 minutes

La fresque du Loup de Gubbio, dans l’église San Francesco de Pienza, en Toscane, a dû surprendre plus d’un pèlerin et d’un paroissien, lorsqu’elle a été dévoilée par le peintre siennois Cristoforo di Bindoccio, dans les années 1370-1380. C’est que le loup, au Moyen Age tardif, avait déjà une abominable réputation. Qu’il donne respectueusement la patte à saint François, devant des clercs et des notables en vénération, alors qu’il était considéré comme le diable, ne pouvait être qu’un prodige, la démonstration de la force suprême des hommes de Dieu face à la Bête.

La légende, relatée dans Les Fioretti de saint François d’Assise (XIVe siècle), raconte qu’alors qu’il se trouvait à Gubbio, en Ombrie, le saint qui parlai

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11