La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Cinq idées reçues sur le renard

Taxé de nuisible, le goupil est pourchassé depuis la nuit des temps. Et si nous révisions notre jugement?

Au sortir du terrier, les renardeaux sont curieux et n’ont pas encore conscience du danger. Il est facile de les observer. © Alessandro Staehli
Au sortir du terrier, les renardeaux sont curieux et n’ont pas encore conscience du danger. Il est facile de les observer. © Alessandro Staehli

Christine Wuillemin

Publié le 10.07.2022

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Nature (1/6)» Victimes de leur mauvaise réputation, plusieurs animaux subissent notre courroux. Or, les crimes dont on les accuse sont exagérés, voire carrément infondés. Premier volet avec le renard.

1. Des renards trop nombreux ?

C’est complètement faux! Premièrement, le renard vit en clan familial sur un territoire suffisamment vaste pour couvrir ses besoins alimentaires. Si tous les territoires sont occupés, difficile pour le goupil de s’étendre. Deuxièmement, le succès des naissances dépend de la nourriture disponible. En cas de disette, les femelles produisent moins d’ovules et les chances de survie des renardeaux se réduisent. Les années d’abondance, en revanche, le couple reproducteur peut accepter une femelle de la portée précédente pour aider à l’élevage des jeunes qui ont ainsi de meilleures

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11