La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

La philo à l’écoute

Pendant une semaine, la philosophie descend de ses chaires pour penser en société… et en musique

A Fribourg, la philosophie descendra de son piédestal universitaire pour s’acoquiner aux musiques improvisées du quartet Das Ende der Liebe. © DR
A Fribourg, la philosophie descendra de son piédestal universitaire pour s’acoquiner aux musiques improvisées du quartet Das Ende der Liebe. © DR
A Fribourg, la philosophie descendra de son piédestal universitaire pour s’acoquiner aux musiques improvisées du quartet Das Ende der Liebe. © DR
A Fribourg, la philosophie descendra de son piédestal universitaire pour s’acoquiner aux musiques improvisées du quartet Das Ende der Liebe. © DR

Thierry Raboud

Publié le 30.04.2022

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Partager cet article sur:

Réflexion » L’existence, c’est comme le jazz, ça s’improvise – le thème est connu, mais ses variations naissent dans l’instant. Alors, pour mieux penser ce que nous sommes, la philosophie se met à l’écoute de la musique, de ceux qui la jouent en équilibristes du temps présent.

«C’est une soirée un peu expérimentale que nous proposons, sous forme de dialogue entre musique improvisée et brèves interventions philosophiques autour de la question de l’attention. En cette époque d’hyper-sollicitation, nous trouvions intéressant d’interroger cette capacité qu’ont les musiciens à développer une attention profonde à l’instant et à autrui», note Christoph Haffter, assistant diplômé au département de philosophie de l’Université de Fribour

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00