La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Guerre et mauvais coups: La campagne sur une 13e rente s’emballe

La campagne sur une 13e rente AVS se durcit. Les camps s’accusent mutuellement de pourrir les débats. Même d’anciens conseillers fédéraux s’en mêlent.

Benjamin Roduit (à gauche) et Pierre-Yves Maillard. © Keystone
Benjamin Roduit (à gauche) et Pierre-Yves Maillard. © Keystone

Guillaume Chillier

Publié le 07.02.2024

Temps de lecture estimé : 6 minutes

C’est comme un film dans lequel on sent une tension grandissante, une histoire à la limite de la rupture. S’ajoutent à la dramaturgie d’anciennes gloires de la politique suisse et une guerre déclarée des chiffres. Des conseillers fédéraux qui se jettent dans la campagne pour combattre l’initiative pour une 13e rente AVS? Du jamais-vu ou presque… Discutable et indécent, taclent les partisans de l’initiative. Tout à fait compréhensible au vu des enjeux, rétorquent leurs adversaires. Des mêmes chiffres mais des calculs complètement différents? Chacun accuse l’autre de friser la malhonnêteté; chacun se dit victime des demi-mensonges de l’autre… Voilà qui est symptomatique d’une campagne qui ne déraille pas, mais qui se durcit sensiblement à moins d’un mois de la votation (lire ci-contre).

«Contre notre initiative, la campagne est hystérique et mobilise des moyens sans précédent», soutient Pierre-Yves Maillard, sénateur socialiste et président de l’Union syndicale suisse (USS). En

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11