La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Initiative sur l’intégrité physique: «Chacun est libre de refuser un acte médical»

Est-il nécessaire de renforcer davantage la protection de notre intégrité physique et psychique, comme le demande l’initiative Pour la liberté et l’intégrité physique? Eléments de réponse avec Samia Hurst-Majno, professeure d’éthique biomédicale à la Faculté de médecine de l’Université de Genève.

Le texte demande que chacun puisse décider librement s’il souhaite se faire vacciner ou non, mais sa formulation a une portée vaste et affecte divers domaines de l’activité étatique. © Keystone
Le texte demande que chacun puisse décider librement s’il souhaite se faire vacciner ou non, mais sa formulation a une portée vaste et affecte divers domaines de l’activité étatique. © Keystone

Sophie Gremaud

Publié le 21.05.2024

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Le 9 juin prochain, la population suisse votera sur l’initiative populaire Pour la liberté et l’intégrité physique. Cette dernière stipule que toute atteinte à l’intégrité physique ou psychique d’une personne doit obtenir le consentement explicite de celle-ci. De plus, le refus de donner ce consentement ne devrait ni être sanctionné ni entraîner de préjudices. Le Mouvement suisse pour la liberté (MSL), à l’origine de cette initiative, souhaite ainsi établir une séparation claire entre le corps humain et le corps politique.

Actuellement, que sommes-nous libres, ou non, de refuser en matière de santé? Les réponses de Samia Hurst-Majno, professeure d’éthique biomédicale à la Faculté de médecine de l’Université de Genève.

Quelles sont aujourd&rsq

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11