La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Prisons: La hausse des détentions provisoires interpelle

La détention provisoire d’étrangers est élevée en Suisse. Pour poser les bases d’un débat, les chiffres et la transparence manquent, se préoccupent les experts.

La Suisse est un des pays d’Europe qui recourt le plus à la détention avant jugement. © Keystone
La Suisse est un des pays d’Europe qui recourt le plus à la détention avant jugement. © Keystone

Gilles Labarthe

Publié le 03.07.2024

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Taux de suicides élevés, prisons vétustes et bondées, cellules exiguës et mal ventilées, étouffantes en période de canicule… Les prisons de Suisse romande défraient régulièrement la chronique. Le 21 mai dernier, la Commission nationale de prévention de la torture (CNPT) demandait encore la fermeture immédiate de celle de Porrentruy, dénonçant des conditions de détention «inhumaines et dégradantes», au titre de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH, interdisant la torture). Dans les cantons de Vaud et Genève, les prisons de Bois-Mermet et de Champ-Dollon sont dénoncées depuis des années pour leur surpopulation carcérale, les plus flagrantes au niveau national.

Mais c’est aussi la montée en puissance du recours à la détention provisoire qui interpelle: sur les 6881 personnes incarcérées en Suisse au 1er janvier 2024 (hausse de 7% par rapport à l’année précédente), le nombre de personnes placées en préventive, qui ne cesse d’augmenter, était de 2076,

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11