La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Un service moins civil

L’alternative au service militaire, si précieuse dans le social et la santé, verra son accès rendu plus difficile

Les civilistes représentent «une main d’œuvre complémentaire bienvenue», selon le directeur de la Chambre fribourgeoise d’agriculture. © Keystone/prétexte
Les civilistes représentent «une main d’œuvre complémentaire bienvenue», selon le directeur de la Chambre fribourgeoise d’agriculture. © Keystone/prétexte
Président de la Société suisse des officiers (SSO)
Président de la Société suisse des officiers (SSO)

Thierry Jacolet

Publié le 12.09.2019

Temps de lecture estimé : 9 minutes

Partager cet article sur:

Durcissement » Sans eux, les personnes âgées seraient un peu plus égarées dans les grands couloirs pâles des établissements médico-sociaux. Sans qui? Les auxiliaires de santé? Les assistants socio-éducatifs? Pas seulement. Les civilistes contribuent aussi au bien-être des résidents des EMS, en perte d’autonomie ou atteints de démences avancées. A l’image des 124 pensionnaires de la Sombaille, à La Chaux-de-Fonds.

«Ils nous permettent de diversifier les animations aux personnes âgées et d’individualiser davantage l’accompagnement», apprécie Christophe Girod, responsable du service socio-culturel de l’établissement. «Nos résidents ont besoin de relations pour se sentir valorisés, reconnus, et exister dans le regard des autres. Par leur présence régulière, leur j

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00