La Liberté

La Justice au chevet des animaux

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le service vétérinaire cantonal dénonce chaque année une vingtaine de cas de maltraitance visant des animaux de rente. © Keystone
Le service vétérinaire cantonal dénonce chaque année une vingtaine de cas de maltraitance visant des animaux de rente. © Keystone
Partager cet article sur:
17.03.2019

Après l’affaire de l’éleveur puni pour la mort d’une vache, le Ministère public veut adapter sa pratique

Marc-Roland Zoellig

Fribourg » Comment faut-il sanctionner la maltraitance envers les animaux? Récemment, l’affaire d’un éleveur gruérien ayant laissé mourir sa vache blessée après lui avoir administré des chocs électriques pour la pousser à se relever (La Liberté du 21 février) a suscité une vague d’indignation ayant largement occupé la page Forum de ce journal. La tonalité de ces messages – dont certains se sont avérés impubliables en raison de leur virulence – était unanime: dix jours-amende avec sursis et 300 francs d’amende, c’est bien trop clément pour punir un tel comportement.

Au Ministère public fribourgeois, autorité ayant sanctionné cet éleveur par voie d’ordonnance pénale, on a également reçu du courrier. Dans une missive publiée aussi sur sa page

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00