La Liberté

03.04.2020

Chômage partiel à «La Liberté» et «La Gruyère»

Tous les métiers de la rédaction sont touchés. © Vincent Murith / archives
Tous les métiers de la rédaction sont touchés. © Vincent Murith / archives

LIB

Partager cet article sur:

Pour faire face à la baisse sévère des revenus publicitaires consécutives au Covid-19, «La Liberté» est contrainte de recourir au chômage partiel. Une mesure similaire a été prise à «La Gruyère», autre titre du groupe Saint-Paul.

Votre quotidien a décidé, en accord avec la direction du Groupe Saint-Paul, son propriétaire, de recourir à son tour au chômage partiel. Cette décision fait suite à la diminution brutale de nos revenus publicitaires et aux perspectives économiques fortement assombries par la pandémie de coronavirus.

Dès le 20 avril prochain, soit après les vacances scolaires de Pâques, et sous réserve de l’approbation de l’autorité compétente, les équipes de «La Liberté», tous métiers confondus, verront diminuer leur taux d’occupation.

Cette décision, dictée par la chute brutale des recettes publicitaires et le reflux de l’actualité dans certaines rubriques, constitue un crève-cœur pour nos équipes, fortement engagées dans la couverture de la pandémie de coronavirus et investies dans leur mission de service public. 

« Nos lecteurs n’ont jamais eu autant besoin d’une information vérifiée, hiérarchisée et mise en perspective. »

Serge Gumy, rédacteur en chef

«Malheureusement, la diminution de notre force de frappe, nécessaire sous l’angle économique, se verra dans nos pages, alors même que nos lecteurs n’ont jamais eu autant besoin d’une information vérifiée, hiérarchisée et mise en perspective», explique Serge Gumy, rédacteur en chef de «La Liberté», qui appelle au passage la Confédération et le canton à débloquer une aide d’urgence en faveur des médias privés.

«Cette mesure est contre-intuitive car nous rencontrons actuellement un afflux massif de visiteurs sur nos plateformes digitales et une hausse des ventes d’abonnements qui prouvent le besoin du public pour une information indépendante et de qualité», analyse Armand Goy, directeur Marketing & diffusion de «La Liberté». «Ce mouvement ne pourra malheureusement pas compenser les suspensions des abonnements d’entreprises (restaurateurs notamment) et la chute vertigineuse de nos revenus publicitaires.»

Articles les plus lus
Dans l'adversité...
Dans l'adversité...
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00