La Liberté

22.09.2018

25e amendement contre Trump suggéré par le numéro 2 de la justice

Rod Rosenstein est chargé de superviser l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016 (archives). © KEYSTONE/AP/EVAN VUCCI
Rod Rosenstein est chargé de superviser l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016 (archives). © KEYSTONE/AP/EVAN VUCCI


22.09.2018

Le numéro deux du ministère américain de la justice a proposé l'an dernier de charger des membres de l'administration d'invoquer le 25e amendement contre Donald Trump, selon le New York Times. Cette procédure permet de relever le président américain de ses fonctions.

Rod Rosenstein, qui supervise l'enquête du procureur spécial Robert Mueller sur les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump en 2016 et le Kremlin, a aussi proposé d'enregistrer le président américain à son insu pour rendre compte du "chaos" régnant à la Maison-Blanche, a écrit vendredi le journal.

M. Rosenstein a émis cette idée au cours du printemps 2017, alors que Donald Trump avait limogé le directeur du FBI, James Comey, croit savoir le New York Times. Le journal précise que ses sources sont des responsables qui ont été informés de ces faits ou qui ont pu lire des notes rédigées par des responsables du FBI, dont Andrew McCabe, qui a remplacé M. Comey à titre intérimaire.

S'appuyant sur des notes écrites par M. McCabe, le Washington Post a aussi rapporté les propositions de M. Rosenstein. Sans démentir, l'avocat d'Andrew McCabe dit ignorer comment les notes de son client sont arrivées jusqu'à la presse.

"Une puanteur persistante"

Le numéro deux du département de la justice a, quant à lui, démenti les informations du New York Times, "inexactes et factuellement incorrectes".

Donald Trump, qui prenait part vendredi à une réunion électorale d'un candidat républicain aux élections de mi-mandat de novembre dans le Missouri, a dénoncé devant ses partisans la "puanteur persistante" au département de la justice. "Et nous allons nous en débarrasser aussi", a-t-il lancé.

L'article du New York Times prend un écho particulier après plusieurs publications récentes qui décrivent une Maison-Blanche dysfonctionnelle, où de hauts responsables vont jusqu'à contourner les ordres présidentiels.

Rod Rosenstein a assumé la supervision de "l'enquête russe" après que le ministre de la justice, Jeff Sessions, s'était récusé, en mars 2017, en invoquant son rôle dans la campagne. Il a souvent été critiqué par M. Trump pour avoir nommé en mai 2017 le procureur spécial Robert Mueller.

La procédure prévue par le 25e amendement de la constitution, jamais encore utilisée aux Etats-Unis, permet de mettre à l'écart le président en cas d'inaptitude à gouverner.

ats, reu, afp

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00