La Liberté

10.12.2018

La justice valaisanne allège la sanction contre Anni Lanz

La défenderesse des droits de l'homme Anni Lanz a été reconnue coupable de violation de la loi fédérale sur les étrangers par le tribunal de Brigue qui n'a retenu qu'une infraction légère. La cour a annulé la peine pécuniaire de l'ordonnance pénale mais augmenté l'amende infligée (archives). © KEYSTONE/DOMINIC STEINMANN
La défenderesse des droits de l'homme Anni Lanz a été reconnue coupable de  violation de la loi fédérale sur les étrangers par le tribunal de Brigue qui n'a retenu qu'une infraction légère. La cour a annulé la peine pécuniaire de l'ordonnance pénale mais augmenté l'amende infligée (archives). © KEYSTONE/DOMINIC STEINMANN


10.12.2018

Le tribunal de Brigue (VS) a revu à la baisse la sanction contre Anni Lanz. L'ancienne secrétaire générale de Solidarité sans frontières a été condamnée à une amende pour avoir fait revenir en Suisse un demandeur d'asile afghan expulsé vers l'Italie.

Agée de 72 ans, Anni Lanz avait été condamnée par une ordonnance pénale à une peine pécuniaire de 30 jours-amende à 50 francs, avec un sursis de deux ans, et à une amende de 300 francs. Elle a fait recours. Le tribunal de Brigue a revu la qualification de l'infraction, reconnaissant l'accusée coupable d'infraction "légère" à la loi fédérale sur les étrangers, a-t-il communiqué lundi.

La cour a admis que Mme Lanz avait agi "dans un intérêt purement humanitaire". Le tribunal a supprimé la peine pécuniaire, mais a maintenu l'amende, portée à 800 francs. L'accusée devra aussi supporter les coûts de procédure d'un montant de 1400 francs.

Acquittement réclamé

Anni Lanz avait comparu jeudi dernier devant le tribunal de Brigue. Le procureur avait maintenu ses accusations, demandant la confirmation de la peine infligée par ordonnance pénale. La défense avait plaidé l'acquittement, évoquant les "droits supérieurs" qui doivent permettre d'enfreindre une loi lorsque la situation humanitaire est particulièrement grave.

Mme Lanz avait tenté le 24 février 2018 de ramener en Suisse un requérant d'asile afghan expulsé vers l'Italie, dernier pays traversé avant de déposer sa demande en Suisse. Anni Lanz l'avait connu à la prison de renvoi bâloise de Bässlergut où elle visitait régulièrement des prisonniers. Elle ira lui porter secours à Domodossola (I), mais l'équipée se fait intercepter au poste frontière de Gondo (VS) au retour.

Plusieurs dizaines de membres d'organisations de soutien aux migrants avaient fait le déplacement de Brigue jeudi pour soutenir Mme Lanz. Ils réclamaient l'acquittement total de l'accusée qui a agi "pour des intérêts honorables". Un recours n'est pas exclu, a indiqué lundi à Keystone-ATS l'avocat de l'accusée. La décision sera prise une fois que le tribunal aura envoyé les considérants du jugement.

ats

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00