La Liberté

21.08.2019

Le PD pose ses conditions pour une majorité avec les 5 Etoiles

Pour le chef du PD Nicola Zingaretti, "tout le parti s'est réuni" autour de cette décision. © KEYSTONE/EPA ANSA/ANGELO CARCONI
Pour le chef du PD Nicola Zingaretti, "tout le parti s'est réuni" autour de cette décision. © KEYSTONE/EPA ANSA/ANGELO CARCONI


21.08.2019

Le Parti Démocrate italien (PD, centre gauche) s'est dit "uni" derrière le projet de former une majorité avec le Mouvement 5 Etoiles (M5S, anti-système). Mais il a posé cinq conditions dont celle d'un changement radical dans la politique envers les migrants.

Après la fin de l'alliance du M5S avec la Ligue (extrême-droite) de Matteo Salvini, l'état-major du premier parti de gauche a voté à l'unanimité mercredi pour proposer au président Sergio Mattarella de "constituer un gouvernement de changement" avec le M5S.

"Aujourd'hui, on a fait un grand pas, car tout le PD s'est réuni autour de cette décision", a déclaré le patron du parti Nicola Zingaretti à l'issue de la rencontre.

A propos des discussions pour une alliance avec le M5S, une idée lancée initialement par l'ancien Premier ministre PD, Matteo Renzi, M. Zingaretti a montré vouloir reprendre la main. "Pas question de faire de petits accords sous la table", a-t-il dit, estimant que les négociations doivent se dérouler "à la lumière du jour".

"Un programme réalisable"

Le PD veut s'entendre avec le M5S sur "un programme réalisable et partagé par une large majorité parlementaire". A défaut, "le pays se dirigera vers des élections anticipées", a-t-il ajouté.

Dans un discours prononcé en interne et relayé par les médias italiens, M. Zingaretti a énuméré cinq points de programme qui sont les conditions posées aux Cinq Etoiles pour un accord.

"Appartenance loyale à l'Europe, pleine reconnaissance de la démocratie représentative et de la centralité du parlement, développement basé sur le respect de l'environnement, changement de cap dans la gestion des flux migratoires avec un rôle prééminent de l'Europe, virage dans la politique économique et sociale vers davantage de redistribution et d'investissements".

Salvini "hors-jeu"

Réticent à l'idée d'une reconduction du Premier ministre sortant, M. Zingaretti a reproché mardi à Giuseppe Conte ses concessions au durcissement sécuritaire envers les migrants, impulsé par Matteo Salvini et systématiquement voté par le M5S dont M. Conte est proche.

A sa sortie, le député Graziano Delrio, l'un des poids lourds du PD, s'est félicité de l'unité du parti autour de son chef: "confiance totale en notre secrétaire, il est clair que le pays a besoin d'un gouvernement fort et sérieux". "Sans cela inutile de bavarder, mieux vaut aller aux élections, il ne faut pas en avoir peur", a-t-il dit.

Pour l'anciennne ministre Maria Elena Boschi, députée très proche de M. Renzi, "en quelques jours, le scénario a totalement changé" en Italie. "Il y a une semaine seulement, Salvini semblait invincible. Aujourd'hui, il est hors jeu".

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00