La Liberté

03.06.2020

Londres évoque des millions de passeports pour les Hongkongais

Quelque 350'000 personnes à Hong Kong détiennent actuellement le "passeport britannique d'outre-mer" (archives). © KEYSTONE/AP/Vincent Yu
Quelque 350'000 personnes à Hong Kong détiennent actuellement le "passeport britannique d'outre-mer" (archives). © KEYSTONE/AP/Vincent Yu
Quelque 350'000 personnes à Hong Kong détiennent actuellement le "passeport britannique d'outre-mer" (archives). © KEYSTONE/AP/Vincent Yu
Quelque 350'000 personnes à Hong Kong détiennent actuellement le "passeport britannique d'outre-mer" (archives). © KEYSTONE/AP/Vincent Yu
Partager cet article sur:
03.06.2020

Le premier ministre Boris Johnson va proposer à des millions d'habitants de Hong Kong des passeports, si la Chine persiste à imposer au territoire sa loi sur la sécurité nationale. Quelque 350'000 habitants de la ville chinoise le détiennent déjà.

"De nombreuses personnes à Hong Kong craignent que leur mode de vie - que la Chine s'est engagée à maintenir - ne soit menacé" par cette loi, a écrit mardi M. Johnson dans un article pour le Times de Londres et le South China Morning Post.

"Si la Chine va de l'avant et justifie ces craintes, la Grande-Bretagne ne pourra pas en conscience hausser les épaules et passer à autre chose; au contraire, nous honorerons nos obligations et nous fournirons une alternative", a assuré M. Johnson.

Quelque 350'000 personnes à Hong Kong détiennent actuellement le "passeport britannique d'outre-mer", qui donne l'accès sans visa à la Grande-Bretagne pour un séjour allant jusqu'à six mois, a indiqué M. Johnson. Quelque 2,5 millions de personnes supplémentaires seraient éligibles à une demande d'obtention de ce document.

"Un pays, deux systèmes"

Adoptée par l'assemblée nationale populaire (ANP) chinoise mais non finalisée, la loi sur la sécurité nationale prévoit de punir les activités séparatistes, "terroristes", la subversion, ou encore les ingérences étrangères dans le territoire autonome chinois.

Décidée par Pékin après une vague de manifestations pour les libertés à Hong Kong, la loi a provoqué une levée de boucliers internationale et un regain d'agitation dans ce territoire autonome du sud de la Chine. Les opposants à l'influence de Pékin dans le territoire affirment que la mesure ouvre la voie à une régression sans précédent des libertés dans la métropole financière de 7 millions d'habitants.

Or ,Pékin s'est engagé lors de la rétrocession à garantir à Hong Kong une large autonomie et des libertés selon le principe "un pays, deux systèmes".

"Si la Chine impose sa loi sur la sécurité nationale, le gouvernement britannique modifiera sa législation sur l'immigration et permettra à tout détenteur de ces passeports résidant à Hong Kong de venir au Royaume-Uni pour une période renouvelable de 12 mois et d'obtenir d'autres droits, y compris le droit de travailler, ce qui les mettrait sur la voie de la citoyenneté", a écrit Boris Johnson.

L'ancienne colonie britannique a été rétrocédée à la Chine en 1997.

La Chine a appelé mercredi le Royaume-Uni à "cesser immédiatement toute ingérence" dans les affaires de Hong Kong. Cette réaction arrive après l'appel de Londres à ne pas imposer une loi controversée sur la sécurité nationale dans le territoire autonome.

"Nous conseillons à la partie britannique (...) d'abandonner sa mentalité de Guerre froide, son état d'esprit colonial, de reconnaître et de respecter le fait que Hong Kong a été rendu" à la Chine, a indiqué à la presse Zhao Lijian, porte-parole de la diplomatie chinoise.

ats, afp

Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00