La Liberté

13.03.2018

Non à la pétition en faveur de la forêt du Flon à Lausanne

A une large majorité, les députés vaudois ont classé mardi la pétition demandant de sauver la forêt du Flon (archives). © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
A une large majorité, les députés vaudois ont classé mardi la pétition demandant de sauver la forêt du Flon (archives). © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON


13.03.2018

Après un débat nourri mardi, les députés vaudois ont à une large majorité classé la pétition qui veut sauver la forêt du Flon à Lausanne. Les pétitionnaires souhaitaient que les autorités renoncent à y réaliser la rampe routière Vigie-Gonin.

Mesure d'accompagnement de la construction du tram, cette rampe hérisse le poil des pétitionnaires et opposants. "Ce projet semble sortir d'un plan urbanistique des années 60", a défendu Hadrien Buclin (Ensemble à Gauche).

Si son groupe se dit favorable au tram t1, il ne croit pas à la nécessité de raser la forêt pour sa réalisation. "Il faut étudier d'autres variantes". Un point de vue partagé par une partie des Verts.

Munie de 6619 signatures, la pétition demandait aux autorités communale, cantonale et fédérale de renoncer "définitivement à raser cette forêt". De l'avis des pétitionnaires, ce site est le "seul point vert de toute la surface du Flon (...) c'est le poumon du Flon".

Intérêt général

Reste que l'écrasante majorité du Grand Conseil a suivi la commission et classé le texte (99 oui, 15 non et 6 abstentions). "Il n'est jamais plaisant d'abattre des arbres, qui plus est en ville, mais c'est nécessaire", a argué le député UDC Jean-Luc Chollet. Il faut voir l'intérêt général, a-t-il plaidé.

"Nous en avons marre d'attendre", a abondé la Verte Rebecca Joly. "Ce tram, c'est un axe fort entre le centre de Lausanne et l'ouest, nous en avons besoin".

Et la socialiste Sarah Neumann d'ajouter que "la population étouffe" dans les lignes de transport public actuelles qui relient ces deux zones. "Je regrette le réveil tardif des opposants et des pétitionnaires. La route fait partie du paquet".

Pas tout raser

Au micro, la conseillère d'Etat en charge du dossier Nuria Gorrite a martelé son message: "Nous ne pouvons pas réaliser le tram sans réaliser la rampe Vigie-Gonin". Et d'ajouter "nous n'allons pas raser la forêt du Flon. Un quart de celle-ci se verra amputée".

A la tribune, la socialiste a mis en lumière la lenteur du projet. "Dans le meilleur des cas, un tram circulera sur ce tronçon à l'horizon 2024-2025", soit un processus d'environ vingt ans.

Devant le TF

Reste que le sujet n'est pas clos. En février dernier, le Tribunal administratif fédéral a en effet admis partiellement l'un des recours dirigés contre les plans des Transports publics lausannois (TL) approuvés par l'Office fédéral des transports (OFT).

Il estime que l'OFT n'est pas compétent pour se prononcer sur le défrichement et les expropriations en lien avec la construction de la rampe routière entre la rue de la Vigie et l'avenue Jules-Gonin. La décision avait provoqué la joie des opposants menés par Guillaume (dit Toto) Morand, figure de proue des commerçants du Flon. Un recours des autorités est pendant au Tribunal fédéral.

ats

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Dans les oreilles des programmateurs
Dans les oreilles des programmateurs

Cet été, découvrez les coups de coeur musicaux des programmateurs des festivals du canton.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00