La Liberté

11.10.2018

Trump et Kanye West: matelas, casquette et Superman au Bureau ovale

Loin de tout protocole, Donald Trump avait décidé de recevoir jeudi à la Maison Blanche la superstar du rap, un de ses supporters les plus fervents, preuve selon le président américain de sa popularité auprès de l'électorat noir. © Keystone/EPA/MICHAEL REYNOLDS
Loin de tout protocole, Donald Trump avait décidé de recevoir jeudi à la Maison Blanche la superstar du rap, un de ses supporters les plus fervents, preuve selon le président américain de sa popularité auprès de l'électorat noir. © Keystone/EPA/MICHAEL REYNOLDS


11.10.2018

La scène est pour le moins singulière: un rappeur, Kanye West, monopolisant la parole pendant dix minutes, casquette sur la tête et téléphone portable posé sur le bureau du président des Etats-Unis, pour parler de... ses attributs masculins et de ses troubles mentaux.

Donald Trump avait décidé de recevoir jeudi à la Maison Blanche la superstar du rap, un de ses supporters les plus fervents, preuve selon le président américain de sa popularité auprès de l'électorat noir. Devant la presse et accompagné de l'ancien joueur de football américain Jim Brown, "Ye", comme il veut se faire appeler actuellement, s'est présenté dans le Bureau ovale coiffé de la célèbre casquette rouge barrée du slogan de campagne du candidat Trump, "Make America Great Again".

"Il y a quelque chose quand je mets cette casquette, ça me fait me sentir comme Superman. C'est mon super-héros préféré". Il s'est ensuite défini comme quelqu'un qui "admirait" le président américain et le secteur industriel, "sans politique, ni connerie", a-t-il précisé.

Continuant d'utiliser un langage peu adapté à la solennité du lieu, il a assuré avoir eu "les couilles" de porter la casquette. Il a ensuite expliqué, par souci de protectionnisme économique comme Donald Trump, avoir demandé à l'entreprise de matelas Casper de relocaliser leurs sites de production sur le sol américain.

Dans un tourbillon de paroles, il s'est également ouvert sur la bipolarité qui lui a été diagnostiquée, expliquant qu'il manquait simplement de sommeil. A la fin de son monologue, pendant lequel le président Trump s'est contenté d'opiner, les deux hommes se sont enlacés, avant d'aller déjeuner loin des caméras. "Je vais vous dire quelque chose, c'était assez impressionnant", a commenté le milliardaire républicain. "C'était quelque chose".

ats, afp

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00