La Liberté

Amples vibrations

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
En huit nouvelles introspectives, Maylis de Kerangal porte les voix cristallines ou éraillées de ses narratrices. © Francesca Mantovani
En huit nouvelles introspectives, Maylis de Kerangal porte les voix cristallines ou éraillées de ses narratrices. © Francesca Mantovani
Partager cet article sur:
24.07.2021

Maylis de Kerangal » Dans Canoës, un recueil de nouvelles, la romancière française laisse résonner la voix humaine et observe ses multiples fréquences. Très fin.

Ecouter le monde, ses bruits, ses sons, ses cris de joie, ses pleurs, ses vibrations, son chant… Bref, laisser entrer en soi un souffle, étouffé depuis que nous sommes masqués. Maylis de Kerangal lève les masques. Ce n’est pas la fin de la pandémie, mais le début d’une respiration ample, déliée, où la voix humaine devient le décor et l’héroïne d’un recueil de nouvelles, intitulé Canoës. Huit nouvelles intelligemment pensées et bien écrites par la romancière française.

Sa voix d’auteure est connue, unique: Naissance d’un pont, Réparer les vivants, Un monde à portée de main… Mais ici, ce sont des voix aux multiples fréquences, modulations, timbres, tessitures, qu’elle fait résonner. Des voix de femmes narratrices, cristallines ou éraillées, enflammées ou ternes, joyeuses ou mélancoliques, c’est selon. Selon le p

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00