La Liberté

Genre, y a pas photo

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le diagnostic de Clémentine Mélois est implacable: carrément abusé, le parler d’aujourd’hui. © Seuil
Le diagnostic de Clémentine Mélois est implacable: carrément abusé, le parler d’aujourd’hui. © Seuil
Partager cet article sur:
06.03.2021

Spécialiste en détournements, la plasticienne Clémentine Mélois tire la langue, s’attaque aux tics par le roman-photo. Elle assure grave

Thierry Raboud

Langage » Légume des jours de Boris Viande, c’était elle. Puis encore ce Melville crayonné au Maudit Bic, ce Rimbaud devenu Rambo. Clémentine Mélois, ou l’art du détournement de fonds littéraires. L’artiste et plasticienne française récidive, toujours subversive et drolatique, en mariant cette fois Jakobson au roman-photo. Oui, Roman Jakobson, le linguiste théoricien des six fonctions du langage. Oui, le roman-photo, ce genre dramatiquement niais gorgé d’eau de rose. Non, ça n’a rien à voir. Et c’est d’autant plus génial.

«Cela fait longtemps que je m’intéresse au roman-photo, un art populaire proche de la tragédie grecque où l’on trouve de grandes amours, de grandes haines, des vengeances et de la bagarre… J’y ai vu l’occasion de prolonger mon travail sur les rapports de

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00