La Liberté

L’aplomb dans l’aile de Boris Johnson

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Accusé d’avoir aggravé le bilan de la pandémie en tardant à décréter le confinement en mars, le chef du gouvernement conservateur a averti hier, devant le parlement, que le Royaume-Uni avait «atteint un tournant dangereux». © Keystone
Accusé d’avoir aggravé le bilan de la pandémie en tardant à décréter le confinement en mars, le chef du gouvernement conservateur a averti hier, devant le parlement, que le Royaume-Uni avait «atteint un tournant dangereux». © Keystone
Partager cet article sur:
23.09.2020

Le premier ministre britannique a présenté de nouvelles mesures visant à limiter les contaminations

Sonia Delesalle-Stolper, Londres

Coronavirus » Boris Johnson possède l’art de la formule. Parfois pourtant, ses envolées lyriques laissent perplexe, y compris ses propres députés conservateurs. Hier, sur les bancs de la Chambre des communes, leur mine s’est allongée, partagée entre la stupéfaction et la consternation. «Il y a une différence notable entre notre pays et les autres. Notre pays est amoureux de la liberté… Il est donc très difficile de demander à la population britannique d’obéir uniformément aux consignes d’une manière correcte», a déclaré le premier ministre.

Il répondait à la question d’un député travailliste qui lui demandait si le fait que le taux d’infections en Italie et en Allemagne reste modéré, comparé au Royaume-Uni, était lié à un système de tests et de traçage très efficace. «Pas du tout», a donc expliqué Boris Johnson, tout est une question «d’amour de la liberté» plus prononcé au Royaume-Uni qu’ailleurs.

Confinement strict évité

Le premier ministre britannique venait d’annonc

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00