La Liberté

Naissance d’une webradio

Les responsables de TRNSTN (de g. à d.): Davide, Fabiano, Guillaume, Fiona et Nicola. © Guillaume Baeriswyl
Les responsables de TRNSTN (de g. à d.): Davide, Fabiano, Guillaume, Fiona et Nicola. © Guillaume Baeriswyl
Partager cet article sur:
18.05.2020

Depuis un container aménagé sur le site de Bluefactory, des DJs d’ici et d’ailleurs prévoient de faire vibrer les ondes fribourgeoises

Elsa Rohrbasser

Culture » A l’origine du projet, cinq jeunes fribourgeois passionnés de musiques électroniques. DJs à côté de leurs emplois respectifs, ils s’appellent Fiona Rody, 25 ans, étudiante en sound arts, Davide Mandelli et Fabiano Laghi, 28 ans, éducateurs sociaux, Guillaume Baeriswyl, 24 ans, photographe indépendant et curateur au centre d’art WallRiss, et Nicola Marthaler, 26 ans, manager socio-culturel dans le domaine des musiques actuelles.

Rassemblés par le milieu culturel et musical, ils se lancent en juin 2019 dans le projet d’une webradio. «L’idée est née d’abord dans la tête de certains d’entre nous. Puis Martin Schick, le responsable culturel du site Bluefactory, nous a fourni un lieu pour concrétiser le projet», raconte Davide.

Les cinq DJs collaborent étroitement avec une association fribourgeoise. «Notre radio s’appelle TRNSTN. Ça vient du nom l’association en question, qui signifie Transition, avec qui on travaille. Son but est d’améliorer la vie des gens à travers l’innovation durable», explique Fabiano. «Il y a plusieurs axes dans cette association, notamment un axe culturel dans lequel s’inscrit la webradio», ajoute-t-il. Durant de longs mois, ils conceptualisent et planifient ce qui deviendra une webradio opérationnelle.

Du live le dimanche

Résolument expérimentale, leur webradio diffusera en live audio et vidéo tous les dimanches de 12h à 21h, et en rediffusion les autres jours de la semaine, au cœur du site de Bluefactory. C’est depuis un container aménagé que TRNSTN verra prochainement le jour: «On devait lancer la radio le 4 avril 2020 mais, avec le virus, on a préféré attendre. C’était important pour nous de pouvoir offrir une radio, mais aussi un espace participatif», explique Davide.

En effet, il sera possible de profiter de la musique à la fois sur les réseaux sociaux, sur le site web de la radio et à l’extérieur du container, dans un espace détente. «On aurait pu profiter du Covid-19, parce que c’est une bonne opportunité pour les radios d’être plus écoutées, mais on voulait mettre en valeur notre espace. On ne sera pas uniquement diffusés sur les ondes, c’est aussi un lieu à part entière», raconte Guillaume.

La webradio TRNSTN souhaite offrir une place de choix aux artistes fribourgeois, issus de la scène électronique principalement: «Il y a un vrai vivier à Fribourg, qui mérite de s’exprimer mais qui n’en a pas vraiment la possibilité», explique Guillaume.

Les émissions, appelées résidences, seront tenues par des collectifs ou des particuliers qui viennent du canton de Fribourg, mais également du reste de la Suisse: «On veut casser le Röstigraben!» sourit Nicola. La webradio n’attend plus qu’une accalmie pour pouvoir lancer la diffusion: «On a une grosse vingtaine de résidences prévues. On est prêts!» se réjouit Guillaume.

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00