La Liberté

L’initiative est «une pièce du puzzle»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Norbert Boni Koikoi, producteur de cacao en Côte d’Ivoire, est soutenu par Max Havelaar. © Eric St-Pierre/DR
Norbert Boni Koikoi, producteur de cacao en Côte d’Ivoire, est soutenu par Max Havelaar. © Eric St-Pierre/DR
Partager cet article sur:
16.11.2020

Le travail des enfants dans les plantations de cacao en Afrique est l’un des enjeux du scrutin

Ariane Gigon

Multinationales » La Suisse occupe le 3e rang mondial de la consommation de produits à base de chocolat par habitant. Or les fèves de cacao se sont invitées dans la campagne de votation sur les entreprises responsables, car des milliers d’enfants travaillent dans les plantations.

Darío Soto Abril, directeur général de Fairtraide International, faîtière d’organisations de commerce équitable telles que Max Havelaar en Suisse, revient sur les enjeux d’un phénomène aux ramifications complexes, dont un récent rapport (NORC Report) affirme qu’il touche 1,56 million de travailleurs mineurs en Côte d’Ivoire et au Ghana, deux pays d’Afrique produisant plus de 60% de la production mondiale de fèves de cacao.

L’initiative est-elle à vos yeux un moyen d’accélérer la lutte contre

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00