La Liberté

28.03.2020

Les talibans rejettent la liste de négociateurs proposée par Kaboul

Les talibans avaient signé un accord avec les Etats-Unis le 29 février (archives). © KEYSTONE/EPA/STRINGER
Les talibans avaient signé un accord avec les Etats-Unis le 29 février (archives). © KEYSTONE/EPA/STRINGER
Partager cet article sur:
28.03.2020

Les talibans ont récusé samedi la liste de négociateurs chargés par le gouvernement afghan de mener avec eux les discussion prévues pour tenter de mettre fin à 18 ans de conflit en Afghanistan. Ils estiment que Kaboul a échoué à former une équipe "inclusive".

"Nous ne nous assiérons des discussions qu'avec une équipe de négociation conforme à nos accords", ont-ils indiqué les insurgés dans un communiqué. "Afin de parvenir une paix véritable et durable, l'équipe en question doit être approuvée par toutes les principales parties afghanes", précisent-ils. Les insurgés ajoutent, sans citer de noms, que la majorité de celles impliquées dans ces futures discussions avait rejeté la liste.

Le gouvernement afghan a dévoilé vendredi, avec plusieurs mois de retard, une liste de 21 négociateurs, dont cinq femmes, appelés à participer à des discussions "intra-afghanes" inédites, étape cruciale pour amener les belligérants autour d'une même table et poursuivre un processus de paix lancé par les Etats-Unis qui piétine.

Les talibans ont signé le 29 février un accord avec Washington - non ratifié par Kaboul - dans lequel ils s'engagent notamment à entamer des pourparlers de paix avec le gouvernement afghan et à discuter d'un éventuel cessez-le-feu global. L'accord prévoit aussi un retrait des troupes étrangères d'Afghanistan sous 14 mois, en échange de garanties des insurgés.

"Marionnette" des Américains

Les talibans ont jusqu'ici refusé de rencontrer le gouvernement du président Ashraf Ghani, qu'ils qualifient de "marionnette" des Etats-Unis.

L'équipe proposée par Kaboul est dirigée par l'ex-chef des services de renseignement Masoom Stanekzai et inclut notamment Batur Dostum, fils de l'ancien chef de guerre Abdul Rashid Dostum, accusé de violations des droits humains.

La date et le lieu de ces futures négociations n'ont pas encore été confirmés. Depuis la signature de l'accord, les talibans ont ignoré de nombreuses demandes de cessez-le-feu et intensifié leurs offensives à travers le pays contre les forces de sécurité afghanes.

ats, afp

Dans l'adversité...
Dans l'adversité...
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00