La Liberté

16.03.2019

Maceiras: "Le rôle du staff s'arrête là"

Quentin Maceiras est clair: une grosse prise de conscience est nécessaire dans les rangs du FC Sion © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Quentin Maceiras est clair: une grosse prise de conscience est nécessaire dans les rangs du FC Sion © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Le latéral valaisan concède que l'élimination en Coupe de Suisse face à Bâle (photo) a été difficile à digérer © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Le latéral valaisan concède que l'élimination en Coupe de Suisse face à Bâle (photo) a été difficile à digérer © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Le lendemain de Sion - GC, le Neuchâtel Xamax de Stéphane Henchoz ira au Letzigrund pour y affronter le FC Zurich © KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD
Le lendemain de Sion - GC, le Neuchâtel Xamax de Stéphane Henchoz ira au Letzigrund pour y affronter le FC Zurich © KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD
Dimanche également: choc au sommet à Bâle entre le FCB et l'incontestable leader YB © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER
Dimanche également: choc au sommet à Bâle entre le FCB et l'incontestable leader YB © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER


16.03.2019

Quentin Maceiras, dans un entretien accordé à Keystone-ATS, espère que son FC Sion, conscient de ses manquements actuels, se reprendra samedi contre Grasshopper lors de ls 25e journée de Super League.

Comment s'est déroulée la semaine de l'équipe, après la défaite 3-1 à Neuchâtel?

"Nous avons pris un coup. Après les dernières défaites, on pouvait un peu se consoler avec la manière, mais pas là. Il y a eu une grosse remise en question. Nous nous disons que nous ne sommes pas à notre place. Que nous devons enfin mettre en pratique la théorie car, pour faire des points, avoir un effectif de qualité sur le papier ne suffit pas."

Doit-on s'inquiéter pour le FC Sion?

"Non. Notre situation était pire l'année passée et nous avons ce vécu désormais. Mais nous sommes tous conscients que cela ne va pas et que nous devons trouver nos automatismes."

Justement, l'année passée, l'équipe dégageait une belle impression, contrairement à ce qu'elle laisse paraître depuis la reprise, non?

"L'an passé, nous étions habités de certains sentiments... Nous avions confiance, la sensation d'être inarrêtables. L'élimination en Coupe de Suisse a été difficile à digérer mais il suffit aussi de deux bons résultats lors des deux prochains matches pour lancer une nouvelle dynamique."

A croire qu'il n'y avait que la Coupe qui vous maintenait en vie et que, depuis la défaite contre Bâle, le FC Sion est en état de mort cérébrale...

"La Coupe était un objectif du club, nous ne l'avons pas caché. La façon dont nous sommes sortis... C'est dur. Et puis nous avons dû aller affronter YB chez lui trois jours seulement après. Mais bon, tout ceci est derrière nous aujourd'hui."

Vous évoquiez les automatismes. Comment faire pour les peaufiner avec autant de changements dans la composition à chaque match? Comment l'équipe vit-elle cette rotation extrême? Et, d'ailleurs, quand est-ce que Murat Yakin vous donne l'équipe?

"Généralement, nous travaillons tactiquement la veille du match et nous recevons toutes les informations sur le dispositif de l'adversaire. Là, on a déjà une bonne idée du onze du lendemain. L'effectif est assez large et tout le monde y a sa chance. L'effet positif est que personne ne peut tricher, les titularisations se donnent au mérite. Ca pousse les joueurs à se donner à fond. Cela dit, si tu survoles les débats, je ne crois pas que le coach te mette sur la touche au match suivant..."

Mais quand même, ça doit être déroutant pour vous, les joueurs?

"Ce n'est pas facile, mais nous sommes des professionnels et cela signifie que nous devons nous adapter. Je suis sûr que cette expérience va m'aider pour la suite de ma carrière."

Tant mieux pour la suite de vos carrières mais ce qui compte actuellement, c'est surtout de faire des points, non? Ce tournus n'est-il pas un problème?

"Nous avons peut-être manqué un peu d'automatismes, mais le coach sait ce qu'il fait et connaît par coeur les adversaires. Il nous donne les clefs et le rôle du staff s'arrête là. C'est nous qui sommes sur le terrain et devons appliquer les consignes. Durant la semaine, nous travaillons par postes donc chacun sait ce qu'il a à faire, comment il doit ajuster ses courses, etc."

Murat Yakin semble rester calme en cette période. Cela vous aide-t-il?

"Oui, il nous aide par sa grande expérience. C'est vrai qu'il nous calme. Le coach dégage de la sérénité tout en nous disant les choses. Il s'énerve quand il le doit mais il ne le fait jamais de manière impulsive ou irréfléchie."

Que manque-t-il principalement au FC Sion en ce moment?

"Il y a un problème de confiance. Nous manquons aussi de folie, d'audace. Plus tôt dans la saison, nous avons fait des points grâce à des gestes de ce type, comme des frappes de 20 mètres."

Comment vivez-vous cette période, à titre individuel?

"La saison passée, j'étais nouveau dans le championnat. J'apportais un peu de fraîcheur et d'inconscience. Mais je dois confirmer aujourd'hui, et je ne suis pas à 100% satisfait de moi. Je dois franchir un cap, devenir notamment plus décisif en phase offensive, pour m'imposer comme un joueur important du vestiaire."

Et donc, samedi contre GC...

"La victoire et rien d'autre! Nous devons distancer GC comme nous aurions pu le faire avec Xamax."

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00