La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Prendre langues

Sa vie est un brouhaha byzantin. Traductrice de l’hébreu moderne, Rosie Pinhas-Delpuech nous accueille en son château provisoire

Porte-voix des littératures israéliennes, Rosie Pinhas-Delpuech est accueillie en résidence pendant deux mois au château de Lavigny (VD). © Javier Sabarros
Porte-voix des littératures israéliennes, Rosie Pinhas-Delpuech est accueillie en résidence pendant deux mois au château de Lavigny (VD). © Javier Sabarros

Thierry Raboud

Publié le 25.09.2021

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Partager cet article sur:

Livre » Elle a appris la langue d’un peuple qui n’en avait pas et se l’est inventée. Puis elle se l’est mise en bouche comme on mangerait des cailloux, avant de porter ce fardeau d’une rive à l’autre. Elle se dit «transporteuse de langues», et les mots ont un poids. «Un métier très fatigant, qui demande une énorme concentration. Avant de plonger dans un texte, il faut échauffer ses muscles, sa tête, son cœur. Puis traverser le gué, aller au combat pour porter une langue vers une autre qui souvent s’y refuse. A la fin d’une journée je suis épuisée, alors je marche beaucoup pour me détendre… et je prends parfois un petit whisky.»

Rosie Pinhas-Delpuech est traductrice de l’hébreu moderne, outil rugueux exhumé d’une terre biblique auquel elle consacre un passionnant roman documentaire (lire ci-dessous). Et on l’imagine volontiers, après l’effort et avant le single malt, vaguer dans la campagne doucement mamelonnée de cet arrière-pays vaudois où elle vient de poser ses valises.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Transmission

    Monographie » André Ducret a vu ses œuvres déposées et cataloguées à la BCU de Fribourg (en 2007), son parcours humain et musical détaillé dans un film...
  • pictogramme abonné La Liberté En cas d’incendie

    Bruno Pellegrino » Il faudrait parler d’œuvre, déjà, tant ses trois romans composent un univers à l’esthétique affirmée, aux hantises persistantes, aux...
  • pictogramme abonné La Liberté L’art de la fugue

    Premier roman » L’école de la forêt, et l’on songe à ces fictions du retour à la nature. Qu’on ne se méprenne: ce premier roman de Carla Demierre, poétesse...
  • pictogramme abonné La Liberté La littérature est devenue un produit comme un autre

    C’est la thèse, sombre mais perspicace, développée par Hélène Ling et Inès Sol Salas dans l’éloquent essai Fétiche et la plume
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11