La Liberté

En Iran, les chercheuses se rebiffent

La prison d’Evin, au nord de Téhéran, où les deux femmes universitaires sont détenues. © Keystone-archives
La prison d’Evin, au nord de Téhéran, où les deux femmes universitaires sont détenues. © Keystone-archives
Partager cet article sur:
28.12.2019

Emprisonnées pour «espionnage», une Australienne et une Franco-Iranienne font la grève de la faim

Eva-Luna Tholance

Téhéran » La décision est grave et les prochains jours inquiétants. Le 24 décembre, Kylie Moore-Gilbert et Fariba Adelkhah, deux chercheuses retenues en Iran pour «espionnage», ont entamé une grève totale de la faim. Dans la lettre ouverte qu’elles ont fait passer hors de la prison d’Evin, près de Téhéran, elles demandent non seulement leur libération immédiate, mais également «justice pour les innombrables hommes et femmes qui endurent le même traitement que le nôtre, voire pire, et qui ont été emprisonnés en Iran alors qu’ils n’ont commis aucun crime».

Cette mesure inquiète grandement leurs collègues et leurs proches, alors que les deux femmes, l’une australienne et l’autre franco-iranienne, sont incarcérées respectivement depuis quinze et sept mois, sans

Articles les plus lus
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00