La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

L'hyperconnectivité, un problème?

Décriée, l’hyperconnectivité fait partie de notre quotidien. Et si on arrêtait la culpabilisation?

Alors qu'il est devenu quasiment impossible d'empêcher le contact avec les écrans avant 3 ans, les professionnels préconisent d'accompagner ce temps et de débriefer. © Adobe Stock
Alors qu'il est devenu quasiment impossible d'empêcher le contact avec les écrans avant 3 ans, les professionnels préconisent d'accompagner ce temps et de débriefer. © Adobe Stock

Claire Pasquier

Publié le 16.10.2023

Temps de lecture estimé : 9 minutes

Société » Hyperconnectée. S’il fallait utiliser un qualificatif pour décrire la société en 2023, sûrement que ce terme arriverait en première position. Bambins, ados, personnes actives ou seniors, tout le monde semble happé par ces écrans omniprésents. L’hyperconnectivité est-elle pour autant nocive? Quand le devient-elle? Comment s’en distancer? Autant de questions auxquelles ont tenté de répondre jeudi travailleurs sociaux et psychologues lors d’une table ronde sur le sujet, organisée par la Bibliothèque cantonale universitaire de Fribourg.

«L’hyperconnectivité est pathologique lorsqu’elle devient envahissante pour nos proches ou nous-mêmes et que l’on s’en plaint», constate Niels Weber. Psychologue et psychothérapeute spécialisé dans l’hyperconnectivit&eacu

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11