La Liberté

Multinationales sans garde-fous

Les initiants veulent obliger les sociétés sises en Suisse à examiner régulièrement les conséquences de leur activité sur les droits de l’homme et l’environnement, également à l’étranger. © Keystone
Les initiants veulent obliger les sociétés sises en Suisse à examiner régulièrement les conséquences de leur activité sur les droits de l’homme et l’environnement, également à l’étranger. © Keystone
13.03.2019

Le Conseil des Etats refuse le compromis à l’initiative pour des entreprises responsables. Il s’oppose ainsi au Conseil national, où PDC et PLR avaient soutenu le contre-projet. Aux Etats, un revirement a eu lieu

Philippe Boeglin

Droits humains » Travail d’enfants, pollution: certaines entreprises ont fait parler d’elles récemment en raison de leurs activités à l’étranger. Mais cela n’a pas infléchi le Conseil des Etats. Au contraire: le compromis semble de plus en plus improbable en ce qui concerne l’initiative populaire pour des multinationales responsables. Le Conseil des Etats a refusé hier, par 22 voix à 20, d’entrer en matière sur le contre-projet indirect.

Le texte des initiants (rejeté 25 voix à 14) veut obliger les entreprises installées en Suisse, et les sociétés qu’elles contrôlent, à davantage prévenir et répondre de leurs activités à l’étranger. Dans le viseur: les violations des droits de l’homme et les dégâts causés à l’environnement.

Un refus inat

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00