La Liberté

«La Suisse n’est pas encore prête»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Les épidémiologistes redoutent le retour du public en masse dès le 1er octobre dans les stades, en lieu et place des figurines en carton. © Keystone
Les épidémiologistes redoutent le retour du public en masse dès le 1er octobre dans les stades, en lieu et place des figurines en carton. © Keystone
«La Suisse n’est pas encore prête»
«La Suisse n’est pas encore prête»
Partager cet article sur:
14.08.2020

Pour le médecin Philippe Eggimann, il est prématuré d’autoriser les événements de plus de 1000 personnes

Igor Cardellini

Coronavirus » Les secteurs du sport et de la culture sont globalement soulagés par la décision de compromis du Conseil fédéral d’autoriser à nouveau les manifestations de plus de 1000 personnes dès le 1er octobre. Partagés, les cantons s’en satisfont. En revanche, les épidémiologistes et les médecins s’en inquiètent. Philippe Eggimann, président de la Société médicale de la Suisse romande, relaie ces craintes et un certain scepticisme vis-à-vis d’un retour à davantage de promiscuité.

D’un point de vue épidémiologique, est-ce imprudent de permettre ces regroupements?

Philippe Eggimann: Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les épidémiologistes et la task force scientifique Covid-19. Ils indiquent clairement qu’au vu de la résurgence

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00